english
Libérez Radio-Canada Facebook Twitter Email

Les AMIS ont abordé tous les grands propriétaires de chaînes télé au Canada pour acheter du temps d’antenne pour cette publicité. Bell, Corus, Québecor, Rogers et Shaw ont tous refusé de la diffuser. Le 25 février 2015, Bell a communiqué avec les AMIS pour indiquer qu’elle accepterait de diffuser la publicité.

L’impulsion de Stephen Harper de bâillonner et de détruire ceux qu’il perçoit comme ses ennemis a rarement été aussi flagrante que dans son traitement de notre SRC.

Harper a attaqué systématiquement la SRC, que ce soit avec des coupes draconiennes à son financement, en truffant son conseil d’administration de donateurs au Parti conservateur et en s’arrogeant de nouveaux pouvoirs pour miner l’indépendance de notre radiodiffuseur public national.

Émanant d’une série de promesses rompues, cette approche destructrice a pour but de museler et de contrôler l’un des médias les plus importants pour notre voix collective – un outil essentiel à la démocratie du pays.

Mais nous n’avons pas tous les mains liées ! SVP signez cette pétition et partagez la vidéo avec tous vos réseaux – familles, amis et connaissances partout au pays. Ensemble, reprenons notre SRC!

À : Stephen Harper, Premier ministre

Comme la plupart des Canadiens, j’accorde une grande valeur et un grand respect à la SRC. Je demande à votre gouvernement d’en faire autant.

Radio-Canada est d’une importance capitale pour moi et pour plusieurs de mes proches. La SRC nous unit et nous informe. Elle est partie prenante de notre tissu social. Arrêtez d’attaquer la SRC; elle ne vous appartient pas. 

Je demande vivement aux chefs des partis d’opposition de s’engager formellement à restaurer une radiodiffusion forte et en santé au Canada.

[votre nom]

CC: Les chefs des partis d’opposition, votre député(e) local(e)

Nous devons agir immédiatement pour défendre note SRC – notre radiodiffusion publique n’a jamais été aussi menacée.

Même si la SRC vient de mettre à pied 657 employés, que 1500 postes seront coupés d’ici 2015 et qu’elle effectue des réductions de service importantes, ce n’est pas encore fini. Suite aux compressions drastiques imposées par le gouvernement Harper, la SRC prévoit d’autres coupes draconiennes. Les conséquences seront graves pour les francophones au Québec et partout au Canada, pour le public qui aime la SRC et qui compte sur ses services.

régionauxPerte de services régionaux :

Les bulletins de nouvelles régionales à Québec, Rimouski, Chicoutimi et ailleurs seront amputés de moitié et centrés encore d’avantage sur Montréal; ces centres perdront aussi leurs animateurs locaux à Espace-Musique, et du temps d’antenne à Ici Radio-Canada Première. Les centres qui attendaient de nouveaux services ne les auront pas et de plus en plus de services ne seront disponible que sur internet.

spécificitéPerte de spécificité :

Hubert Lacroix, l’homme de Harper à Radio-Canada,  parle de « one company ». Il veut fusionner plusieurs services des réseaux français avec ceux des réseaux anglais. De plus, la SRC sera de moins en moins en mesure d’assurer sa propre couverture internationale – la seule faite pour les besoins et les intérêts des francophones d’ici – nous privant ainsi de notre propre lentille sur le monde.

démocratiquePerte démocratique :

Il y aura une diminution de contenu journalistique d’enquête comme celui qui a déclenché la création de la Commission Charbonneau – cela coûte cher. Il y aura d’avantage de publicité en ondes, au point où les émissions d’information auront de la difficulté à garder le fil et retenir votre attention. Des services publics que nous payons tous seront relégués à des guettos en ligne.

culturellePerte culturelle :

Radio-Canada ne sera plus en mesure de jouer son rôle clef dans le développement culturel du pays en investissant dans des festivals, des films et des galas en diffusant des événements importants pour l’identité francophone au Canada. Il n’y aura plus de grandes séries dramatiques exigeant des reconstitutions historiques et des costumes d’époque, comme Les Filles de Caleb, Musée Eden et tant d’autres. Et, il n’y aura plus aucune programmation originale le jour – que des reprises, des reprises de séries que vous aurez déjà vues et  des séries étrangères doublées – et de moins en moins de programmation originale aux heures de grande écoute.

marie-claude lavalléeLes pertes ne font que commencer…

Nous saurons bientôt qui parmi les grandes personnalités qui définissent le service public devra partir. Déjà, Marie-Claude Lavallée a annoncé qu’elle prend une retraite anticipée pour faire place aux jeunes qui représentent l’avenir de Radio-Canada. Ce sont eux qui perdront leurs emplois en plus grand nombre, faute d’ancienneté syndicale. Qui sera le prochain ou la prochaine à partir?

Ces changements, si on les exécute, s’attaqueront aux racines mêmes de la radiodiffusion publique du pays, transformant Radio-Canada en Radio-Montréal.
 
Pour mettre fin à ces projets catastrophiques, protestons HAUT et FORT.

C’est le temps d’agir! SVP signez la pétition et partagez la vidéo.

Facebook Twitter Email
Nanos Research

Il ne faut pas se leurrer; Harper s’est donné comme mission de museler et de contrôler la SRC - un premier pas vers la destruction de la radiodiffusion publique canadienne.

Harper doit rendre des comptes et être imputable des dommages qu’il cause. Nous devons lui montrer que le coût politique de l’anéantissement de la SRC pèse plus lourd que les avantages qu’il croît pouvoir en retirer.

La démocratie canadienne ne peut pas se payer quatre autres années d’attaques de Harper envers la SRC.

Ensemble, nous devons soutirer des engagements clairs de la part des chefs d’opposition pour renverser la vapeur des attaques conservatrices sur notre diffuseur public national.

C’est le temps d’agir: SVP partagez cette campagne
sur les médias sociaux et par courriel.